Catégories
Bar & Fêtes

Si seulement nous étions là. Parler à Anneliese Grazioli à Darwin.

C'est peut-être la première fois que les barmen de Darwin sont heureux d'être si loin du reste du pays. Voici une interview de notre édition spéciale avec Anneliese Grazioli qui préparait (à l'époque) sa salle, Hot Tamale, pour rouvrir grâce au manque de cas de coronavirus là-bas.

Ici, elle parle des difficultés de la scène Darwin dès le début – beaucoup de ses barmans sont titulaires de visas – et parle avec espoir de la façon dont la scène pourrait rebondir.

Il a été un peu différent à Darwin par rapport à ailleurs en raison de nos cas limités de COVID-19. Nous avons fermé assez fort et ça s'est passé très vite ici. Nous avons fermé avec un préavis d'une nuit.

C'était une vraie ville fantôme, vraiment calme pour commencer. Mais il y a eu quelques poussées. Par exemple, au bord de l'eau où nous sommes, ils nous ont laissé faire de l'alcool à emporter là-bas, c'est probablement notre grâce salvatrice. Les gens ont acheté de la sangria, des margaritas et des tacos et vont s'asseoir sur l'herbe près de l'eau (et) de la distance sociale là-bas.

PUBLICITÉ

& nbsp

Étant la saison sèche ici, c'est notre meilleure période de l'année. Nous avons perdu des touristes parce que nos frontières sont fermées en ce moment, mais les habitants sortent – ils apprécient en fait cette période de l'année où normalement ils se cachent parce qu'il y a tellement de touristes autour.

Nous n'avons aucun cas actif ici pour le moment, nous n'avons jamais eu de transmission communautaire. Tous ceux qui avaient un cas venaient d'un État ou de l'étranger et étaient directement placés en quarantaine. Nous avons eu des problèmes très limités ici.

Parce que tout le monde est si bon – tout le monde s'est isolé tout de suite, tout le monde a suivi les règles ici – nous n'avons jamais eu ce problème.

Il fait beau. Ces dernières semaines, tout le monde est sorti. Mais ils se sont comportés et ont fait la bonne chose.

Nous rouvrirons vendredi. Ils disent que nous devons respecter la règle des 1,5 mètres mais seulement face à face, donc si les tables sont dos à dos, elles sont moins stressées à ce sujet. Ils veulent aussi que les gens viennent seulement avec leur bulle de gens, et par là ils veulent dire les gens qu'ils voient déjà de semaine en semaine – ils ne veulent pas que quelqu'un ait une grande fête de 20 personnes et invite des gens de différentes bulles.

En raison de tous ceux qui travaillent dans les bars ici étant détenteurs de visas, il y a très peu d'Australiens ou de résidents, c'était très difficile. Ils ont tous soit démissionné immédiatement, soit perdu plus de 50% de leur salaire. Les premières semaines ont été vraiment difficiles et tout le monde était vraiment en panne.

Nous avons fait une maquette locale, qui était juste une maquette vidéo téléchargée avec laquelle tout le monde s'est impliqué, ce qui était génial. J'ai organisé celui-ci juste parce que j'avais le temps. Nous avons été sponsorisés par chaque fournisseur, il y avait comme 14 prix – c'était super. C'était un peu amusant.

Darwin est comme un Bali, et nous ne pouvons pas aller à Bali pendant au moins six mois à un an, nous espérons qu'une fois toutes les frontières ouvertes en Australie, ce sera cette escapade tropicale. Nous sommes à 24 degrés aujourd'hui, il fait beau, c'est beau, et vous pouvez boire une Margarita sur l'herbe au bord d'un lagon – c'est incroyable ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *